dans Conseils, immobilier, Investir

Ça y est, vous voilà entrés dans la vie active. Vous connaissez sûrement vos premières rentrées d’argent mais entre le travail, le sport et les amis, vous n’avez pas beaucoup de temps au quotidien pour vous occuper de vos économies et vous n’avez pas forcément les connaissances pour discerner le bon du mauvais. Pourtant vous avez la vie devant vous et vous souhaitez préparer vos futurs projets  dès maintenant (maison, voyages, retraite, etc.). Dividom vous présente dans cette série d’articles les alternatives qui s’offrent à vous pour placer et faire fructifier vos économies :

  • Partie 1 sur 3 : Placements, opter pour la sécurité
  • Partie 2 sur 3 : Investissements, miser sur la rentabilité
  • Partie 3 sur 3 : Le top 5 des investissements tendances

Placements, opter pour la sécurité

Les principaux livrets d’épargne, pour épargner simplement

Pour préparer les projets de votre vie, ajuster votre budget ou se prémunir de coups durs, les livrets sont le moyen le plus simple de mettre de l’argent de côté. Votre argent est liquide, c’est à dire qu’il est disponible à tout moment, quand vous en avez besoin.

Livret A et Livret de Développement Durable (LDD)

Le livret A est le produit d’épargne préféré des Français malgré sa rémunération tombé à 0,75% en août dernier. Il contribue à l’aide au développement de logements sociaux.

Son faux jumeau le LDD a été créé dans le but de collecter des fonds pour financer les PME et projets dédiés au développement durable. Il se rapproche fortement du livret A à quelques différences près, notamment en terme de plafond.

  • Rémunération : 0,75 %, celle-ci est fixée par l’État
  • Plafond : 22 950 € pour le livret A et 12 000 € pour le LDD
  • Fiscalité : exonération d’impôt
  • Disponibilité : totale et immédiate

Face à la baisse de rendement à 0,75%, on peut s’interroger sur l’intérêt de ce placement. Il présente néanmoins l’avantage de ne pas être imposable. Étant liquide, il doit être considéré comme une épargne de sécurité destinée à des projets réalisables à court terme (achat d’une voiture, travaux, voyages, etc.) mais n’allez pas jusqu’au plafond systématiquement, fixez vos besoins en disponibilité à court terme et utilisez d’autres placements pour vos besoins à moyen long terme.

 

Livret B

Le livret B est disponible à la Banque Postale et à la Caisse d’Épargne. Les autres banques proposent un compte sur livret bancaire équivalent.

  • Rémunération : variable entre 0,3 et 0,7 %
  • Plafond : illimité
  • Fiscalité : prélèvement social de 24% et 15,5% de cotisations sociales sur les intérêts
  • Disponibilité : totale et immédiate

Nous vous conseillons d’ouvrir un livret B uniquement lorsque votre livret A et votre LDD ont atteint le plafond autorisé. Contrairement à ceux-ci, ses intérêts sont soumis à l’impôt.

 

Livret d’épargne populaire (LEP)

L’ouverture d’un LEP s’adresse aux foyers dont le revenu fiscal de référence mentionné dans l’avis d’imposition n’excède pas certains plafonds.

  • Rémunération : 1,25 %
  • Plafond : 7 700 €
  • Fiscalité : exonération d’impôt
  • Bénéficiaires : plafond de revenu en fonction de le part de quotient familial ; 19 236 euros pour la première part
  • Disponibilité : totale et immédiate

Avec un taux de rémunération avantageux, il n’est néanmoins pas disponible pour tout le monde et possède un plafond limité.

 

Livret Jeune

  • Rémunération : entre 1,50 et 2,75 % selon les banques
  • Plafond : 1 600 €
  • Fiscalité : exonération d’impôt
  • Bénéficiaires : personne entre 12 et 25 ans
  • Disponibilité : totale et immédiate

Le livret Jeune est un incontournable mais il ne faut pas oublié que celui-ciIl prend automatiquement fin l’année du 25ème anniversaire de l’épargnant.

 

Il existe également un bon nombre de livrets spécifiques à chaque établissement bancaire qui ont chacun leurs spécificités.

Certains livrets sont des produits d’épargnes fiscalement avantageux avec la particularité d’avoir une disponibilité totale et immédiate. Leur rémunération étant faible, ils sont à réserver pour leur liquidité.

L’épargne logement, pour préparer un projet immobilier

L’épargne logement permet de mettre de l’argent de côté pour préparer vos futurs projets immobiliers. Dans le cadre d’un projet d’achat ou de travaux immobiliers, le PEL et le CEL vous permettent en plus d’accéder à un prêt Epargne Logement à taux préférentiel.

Plan Épargne Logement (PEL)

Vous désirez vous acheter la maison de vos rêves et devenir primo-accédant ? Le PEL vous permet de vous constituer progressivement un capital sécurisé à un taux avantageux pour pouvoir réaliser votre projet immobilier.

  • Rémunération : 2 % (net ~ 1,69 %), elle se compose d’intérêts versés par la banque et d’une prime versée par l’Etat si le titulaire du PEL réalise un emprunt d’un montant minimum de 5 000 euros.
  • Plafond : 61 200 €
  • Fiscalité : prélèvements sociaux
  • Conditions : 225 € minimum à l’ouverture et versements de 45 € par mois

L’avantage principal présenté par le PEL est le taux d’emprunt immobilier : à l’issue de versements réguliers pendant un minimum de quatre ans, vous pourrez pourra bénéficier d’un taux d’emprunt plus avantageux, idéal pour acquérir votre premier bien immobilier. Néanmoins la fiscalité du PEL n’est pas avantageuse comme l’est par exemple celle du Livret A ou du LDD.

Le taux du crédit que vous obtenez en souscrivant au PEL est valable dans le temps, il est donc utile dans une perspective de remontée des taux.

 

Compte Épargne Logement (CEL)

L’ouverture d’un CEL doit se faire dans le même objectif qu’un PEL, l’acquisition d’un bien immobilier. Le CEL est un placement d’épargne en vue d’emprunter à terme pour l’acquisition de son logement.

  • Rémunération : 0,50%
  • Plafond : 15 300 €
  • Fiscalité : les CEL sont exonérés d’impôt sur le revenu, mais soumis aux prélèvements sociaux
  • Disponibilité : totale et immédiate
  • Conditions : 300 € minimum à l’ouverture

Ayant un taux de rémunération inférieur à celui du livret A, l’avantage est le même que le PEL : permettre d’obtenir des crédits à taux préférentiels pour le financement de votre habitation mais cette fois avec une épargne disponible.

Si vous envisagez une opération immobilière à court terme, vous devrez consacrer une partie importante de vos économies dans ce plan en maximisant les dépôts dès l’ouverture. C’est la seule façon d’acquérir des intérêts rapidement et de permettre, après trois ans minimum tout de même, d’accéder au prêt épargne logement dans les meilleurs conditions.

Les assurances, placement préféré des français

Les contrats d’assurances vie sont des contrats d’épargne alimentés périodiquement. Simple en apparence, ils sont complexes dans les détails.

Assurance vie

L’assurances vie est un objet d’épargne très répandue qui permet de garantir le versement d’un capital ou d’une rente lorsque survient un événement lié à l’assuré : son décès ou sa survie. Il faut donc distinguer les deux formes de l’assurance vie :

L’assurance pour « cause de vie » : en l’absence de dommage, l’argents versés sur le contrat sont reversés à une échéance fixée, principalement au jour de la retraite, au titulaire du contrat. L’assurance vie devient donc un objet d’épargne et de retraite.

L’assurance pour « décès » : comme son nom l’indique, c’est une assurance qui garantit à un bénéficiaire le versement de l’épargne versée sur le contrat, cela si le titulaire décède ou est accidenté.

Pour l’assurance vie uniquement :

  • Rémunération : entre 1,80% et 4,00% en 2015 sur support en euros exclusivement, en fonction des marchés pour les Unités de Compte
  • Plafond : illimité
  • Fiscalité : prélèvements sociaux et impôts sur le revenu en fonction de la durée du contrat, plus de détails sur service-public.fr
  • Disponibilité : moins liquide qu’un livret, il est possible de retirer tout (rachat total) ou d’une partie (rachat partiel) des sommes investies sur le contrat. Ce capital reste disponible à tout moment même si la durée de détention minimum recommandée est de 8 ans.
  • Conditions : pour souscrire un contrat d’assurance vie, vous pouvez vous adresser soit  à un établissement bancaire soit à une compagnie d’assurance.

Pour un effort d’épargne important, pensez à l’assurance vie. Elle est plus rémunératrice (~2,5%) et très souple. Vous y placez autant que vous voulez, quand vous le voulez et vous ouvrez autant de contrats que vous le souhaitez. Vous pouvez également mettre en place des versements programmés dont vous choisissez le montant et la périodicité. Attention toutefois à bien vous faire accompagner lors de la mise en place : vous pouvez répartir votre apport entre le fonds en euros, dont le capital est garanti, et des supports en unités de compte, plus risqués, mais aux perspectives de rendement généralement plus élevées à moyen et long terme. En cas de décès, l’argent placé est versé au bénéficiaire hors droit de succession (dans certaines limites). S’il y a un placement sur lequel il faut prendre date c’est celui-la !

L’assurance vie est un placement intéressant pour sa rémunération mais il reste complexe dans sa mise en place et sa configuration. Il vous faut bien choisir le type de contrats : contrat en cas de décès, de vie, ou des deux ; le système de versements : unique, libre ou périodique ; et le bénéficiaire. Il ne faut pas oublier les frais liés à sa mise en place : les frais sur versement, environ 4% imputable à chaque versement et les frais de gestion, prélevés annuellement sur la totalité du capital constitué et échelonnés entre 0,5 et 1%.

Les autres produits d’épargne bancaire

Plan épargne retraite populaire (PERP)

« Je ne verrai jamais la couleur de ma retraite », si cette idée très répandue vous pousse a déjà penser à un complément de revenu pour votre retraite, vous pouvez mettre en place un plan épargne retraite populaire. Le souscripteur d’un PERP effectue des versements sur son plan jusqu’à l’âge de départ en retraite. Une fois à la retraite, votre capital accumulé est converti en rentes obligatoirement qui vous seront reversées jusqu’à votre décès.

  • Rémunération : entre 2,00 et 3,00% en 2015 sur support en euros exclusivement, en fonction des marchés pour les Unités de Compte
  • Plafond : les versements sont plafonnés à la double limite de 10 % des revenus professionnels
  • Fiscalité : les sommes versées sont déductibles dans la limite d’un plafond global
  • DisponibilitéIndisponible, durant la période d’investissement et de rente
  • Conditions : à partir de 18 ans (jusqu’à 68 ans)

À la différence de l’assurance vie, le PERP bénéficie à l’entrée d’un régime fiscal très favorable. Cependant, cet atout fiscal est soumis à certaines règles. Seuls les versements dont le total ne dépasse pas 10 % des revenus de l’année précédente sont déductibles du revenu imposable. L’épargne est également indisponible et bloquée pour que vous soyez sûr de percevoir des revenus supplémentaires lorsque vous serez retraité. Ce placement n’est pas forcément la bonne solution quand on débute dans la vie active.

Compte à terme (CAT)

Ce placement à court ou moyen terme est rémunéré selon un taux d’intérêt déterminé librement par votre banque. Il s’agit en fait d’un prêt à la banque qui peut être fixe ou à taux progressif.

  • Rémunération : ~3%, dépend du montant placé, de la durée et des taux du marché
  • Plafond : dépend des banques, parfois illimité
  • Fiscalité : au choix, soit par prélèvement forfaitaire libératoire (37,5%), soit via l’impôt sur le revenu
  • Disponibilité : de 1 à 60 mois bloqué

Les comptes à terme présentes l’avantage d’avoir des taux souvent intéressant avec des plafonds élevé, voire aucun plafond. Votre argent sera bloqué sur une plus courte période que l’assurance vie ou votre PEL. Attention toutefois à la fiscalité et au frais de clôture.

Compte rémunéré

Certaines banques vous offrent une rémunération de votre compte bancaire.

  • Rémunération : entre 0,20 et 1% selon les banques
  • Plafond : généralement illimité
  • Fiscalité : intégré au revenu imposable, taxé selon votre taux marginal d’imposition
  • Disponibilité : liquide, disponible à tout moment

Hormis une faillite de la banque, votre capitale est garanti, là est le principal avantage. La rémunération de ces comptes est souvent très faible, nous vous conseillons donc de garder le minimum vital sur votre compte courant afin de pouvoir alimenter vos livrets d’épargne mieux rémunéré.

Placer c’est bien mais…

Même quand on est jeune, des solutions existent pour faire fructifier son épargne.

Mettez en place une stratégie claire dès vos premières rentrées d’argent et vos première économies. N’hésitez pas à diversifier vos placements pour optimiser vos rémunérations, diminuer vos risques, parer les imprévus et alléger votre avis d’imposition. N’hésitez pas à cumuler et combiner les différents livrets.

Gardez également à l’esprit qu’il faudra adapter votre stratégie au cours de votre vie : acquisition de votre première habitation, famille qui s’agrandit, retraite etc. Penser dès à présent à l’épargne logement qui vous donnera accès à des emprunts à taux préférentiel.

Même si vous n’êtes qu’au début de votre carrière, gardez un oeil sur l’assurance vie qui pourra être un placement intéressant.

Avec ces risques faibles, le placement reste à privilégier mais n’oubliez pas que même en étant jeune, des stratégies d’investissement existent et peuvent être viable à court terme.

Continuer à nous suivre pour notre prochain article : Investissements immobiliers, miser sur la rentabilité.

Ecrire un Commentaire

Commenter