dans Conseils, Général, immobilier, Investir, retraite

On entend souvent dire que les jeunes n’auront plus de retraite car les caisses se vident à vu d’oeil… et ce n’est pas totalement faux ! Nous nous sommes intéressés à « l’avenir » que le temps prédit à notre système et les solutions qui nous sont offertes pour devancer le temps.

Le système de retraite Français

Rappel historique : C’est en 1945 que le régime général fut crée pour l’ensemble des salariés du privée. Celui-ci avait pour but au départ d’accueillir l’ensemble des autres régimes (régimes des fonctionnaires, régimes spéciaux et ceux des indépendants). Ces régimes ont finalement gardé leur autonomie et ont été rejoint par 33 nouveaux régimes. Les régimes complémentaires deviendront obligatoires à partir de 1972.

Le système de retraite Français est un système solidaire autrement dit, le montant total versé chaque année par les actifs sert à payer les pensions des retraités la même année. Ce système est composé du régime général et de la complémentaire, les deux rassemblés forment la pension perçue par un retraité. Mais aujourd’hui le régime ne s’auto satisfait plus pour plusieurs raisons !

Un système à bout de souffle

Ce système datant de l’après guerre (baby boom) fonctionnait très bien avant que les baby boomer en question ne deviennent a leur tour retraités et que l’on bascule dans une période de papy boom. Un modèle déséquilibré car la population vieillit et vit de plus en plus longtemps alors que le nombre d’actifs n’est plus assez important pour couvrir les pensions versées. A cela s’ajoute le chômage, donc moins de cotisations dans les caisses de retraite. Une problématique de taille puisque repousser l’âge de la retraite pour que les actifs cotisent plus longtemps ne permettrait pas de redonner du souffle au système.

Si l’on se base sur les prédictions les plus optimistes il ne resterait guère plus de 10 ans aux caisses de l’Agirc et l’Arrco avant que leurs réserves ne soient totalement vidées. Car oui, le système des caisses de retraite puise dans ses réserves depuis quelques années déjà !

La seule solution, l’anticipation !

C’est un problème auquel la « nouvelle » génération va devoir faire face, trouver un moyen de se financer soi-même sa retraite. Comment ? En misant sur une valeur sur qui va pouvoir leur apporter au moment voulu un complément voire même un revenu fixe. Car comme nous l’avons vu précédemment, les montants collectés sur une année servent à financer les pensions de l’année en cours, donc pas de capitalisation.

L’immobilier locatif

La solution la plus appropriée pour se construire sa propre retraite est sans doute l’immobilier. L’investissement dans l’immobilier locatif permet de générer des compléments de revenus et qui plus est de ne plus payer d’impôts. Si vous aussi vous pensiez qu’investir dans l’immobilier c’était réservé à une certaine classe sociale, sachez que le crowdfunding s’adapte à vos moyens.

L’investissement participatif (crowdfunding) dans l’immobilier locatif permet d’investir dans l’immobilier à hauteur de vos moyens à partir de 500€. Le crowdfunding permet d’acheter à plusieurs un bien pour se partager les revenus locatifs. Vous pouvez donc investir plusieurs tickets dans différents projets en fonction de vos disponibilités financières et ainsi toucher des revenus réguliers en étant co-investisseurs dans plusieurs biens. Les taux varient entre 5 et 12% selon les projets, de la sélection du bien à la gestion locative c’est la plateforme qui s’occupe de tout. Plus d’informations sur le crowdfunding immobilier en vous rendant sur « comment ça marche« .

L’assurance vie et le PERP

L’assurance vie « en cas de vie », est un placement qui consiste à verser des primes à l’assureur contre des intérêts généralement autour de 3%. En moyenne, 8 longues années de détention fiscale sont conseillées.

Le Plan d’Epargne Retraite Populaire est une solution d’épargne qui permet d’obtenir à la retraite une rente viagère (le capital accumulé est reversé jusqu’au décès). Les versement peuvent être libres ou réguliers cela dépend du contrat souscrit. Le taux en 2015 oscillaient entre 2 et 3%.

En revanche, ces deux solutions n’ont pas vocation à transmettre quoi que ce soit à ses descendants !

Ecrire un Commentaire

Commenter